© Odile Motelet
©Ferrante Ferranti
©Ferrante Ferranti

 Les Cris de Paris, Kastner, Festival de Radio France Montpellier, juillet 2018

Les airs et récitatifs confiés à Enguerrand de Hys, puis son duo avec la soprano, auquel participent les deux pianos, soutiennent la comparaison avec tel passage de Lélio, de Berlioz. Le ténor excelle dans ce répertoire, au jeu convaincant, d’une émission claire et sonore, toujours intelligible. Forum Opéra

Roméo et Juliette de Gounod, Opéra de Nice

Mention très honorable, aussi, pour l'aisance juvénile d'Enguerrand de Hys (Tybalt). Diapason

On dresse l'oreille au Tybalt très stylé d'Enguerrand de Hys. Opéra Magazine

 

Dialogues de Carmélites de Poulenc, Théâtre des Champs Elysées, février 2018

Le trio masculin composé par les excellents Enguerrand de Hys, Arnaud Richard et Mathieu Lécroart font face aux carmélites comme autant de brillants adversaires dans le drame. classiquenews.com

Les autres interventions (Arnaud Richard, Mathieu Lécroart, Enguerrand de Hys) réalisent toutes le vœu du compositeur qui, nonobstant leur brièveté, les voulait marquantes. resmusica.com

Enguerrand de Hys, an assertive first commissioner, aggressive in front of « the wolves » and sympathetic to the nuns. classicagenda.fr

 Enguerrand de Hys est un premier commissaire tonique, confessant sa piété aux religieuses, mais contraint de "hurler avec les loups". Olyrix.com

 

Enguerrand de Hys, premier Commissaire aux contours nets, Arnaud Richard et Matthieu Lécroart, marquants eux aussi. larevueduspectacle.fr

Enguerrand de Hys est un premier  commissaire à la diction et au phrasé parfaits. gbopera.it

Alceste de Lully, CD Aparté

Loin de se cantonner aux utilités, le suave Enguerrand de Hys varie habilement ses diverses silhouettes, composant une galerie de figures qui ont beaucoup de relief : on en distinguera le pathétique Phérès, en un raccourci du drame de la vieillesse, et un pressant Lychas qui a bien des charmes. ODB-Opéra.com

Ba-Ta-Clan d'Offenbach, Opéra de Reims novembre 2017

La distribution est dominée par Enguerrand de Hys à la fine musicalité et à l'aisance scénique formidable qui nous épate en clone de Travolta. ODB-Opéra.com

 

La Vie parisienne d'Offenbach, Grand-Théâtre de Bordeaux,  septembre 2017

 

Le bonheur d’Enguerrand de Hys pour cette prise de rôle de Bobinet est bien palpable. Ses éclats de rire comme ses pleurs douloureux sont d’une telle générosité qu’on ne peut qu’y adhérer, n’éclipsant toutefois pas ses qualités de phrasé et sa technicité agile. resmusica.com

Enguerrand de Hys prend visiblement plaisir à jouer la comédie, passant du rire aux larmes. Sa voix est aussi tonique que les mouvements de gymnastique par lesquels il appelle le Boulevard Saint-Germain à la grève. Olyrix.com

Philippe Talbot campe un Raoul de Gardefeu doté de beaux médiums, d’aigus bien couverts (...). Il forme une paire tout en contraste physique, mais doté de la même aisance scénique et vocale avec Enguerrand de Hys dont le phrasé est particulièrement remarquable. forumopera.com

 

Enguerrand de Hys parle, joue et chante Bobinet en jeune maître. Diapasonmag.com

 

Tutto Handel, Les Musiciens du Louvre, Montmorillon, aout 2017

Remarqué déjà il y a quelques mois avec son incarnation d’Hippolyte dans Phèdre et auparavant révélation classique de l’ADAMI, Enguerrand de Hys n’est pas en reste, fort d’une assise vocale et d’une autorité naturelle au début de son récital pour Comfort ye my people extrait du Messiah, d’une parfaite diction tout au long de l’air Un momento di contento (Alcina) et d’un timbre lumineux notamment dans l’extrait d’Alcides, Enjoy the sweet Elysian grove. Resmusica.com

Alceste de Lully, Festival de Beaune, juillet 2017

Enguerrand de Hys, que l’on avait découvert en 2014 dans le terrifiant rôle titre d’un Mitridate donné au Conservatoire de Paris. Ce jeune ténor, tenant probablement le record du nombre de rôles de la soirée, a montré un panache vocal et une diversité dans les incarnations stupéfiants. revopera.com

Enguerrand de Hys, excellent ténor, avait également fort à faire avec quatre personnages dont le fringant Lychas amoureux de Céphise et le vieux Phérès trainant péniblement le fardeau deses quatre vingt ans. ODB-Opéra.com

Phèdre, de Lemoyne, Bouffes du Nord, juin 2017

Horrifié par la déclaration incestueuse de Phèdre, Hippolyte (Enguerrand de Hys) porte en permanence le poids du monde et le poignard menaçant d'une voix sonore, tendue, froncée, expressive en diable notamment grâce à sa prononciation modèle. Olyrix.com

Même si l’innocence de son jeune âge apparaît rarement dans le jeu d’Enguerrand de Hys qui choisit de privilégier la noblesse et la profondeur de son personnage, Hippolyte diffuse une grâce indéniable, notamment par ses lents déplacements et son regard pénétrant, tout comme une belle sensibilité portée par la douceur du chant du ténor et l’implication constante de l’artiste. resmusica.com

Il faut dire qu’Enguerrand de Hys n’est pas en reste dans cette brillante distribution. C’est un Hippolyte perdu, poignant dont chaque déplacement n’est que lenteur sublimée. Sa voix est teintée d’un désespoir qui nous étreint, nous touche, nous ramène à l’essentiel.  theatoile.wordpress.com

Le ténor Enguerrand de Hys, doré comme une idole (costume et cheveux) est un Hippolyte tourmenté, beau timbre et voix bien conduite. Lalettredumusicien.fr

Au cours des trois duos d’Hippolyte, en dépit d’une écriture véhémente peu propice aux enjolivures de ténor lyrique, Enguerrand de Hys parvient à préserver la séduction d’un matériau aussi mordoré qu’incisif, richissime d’harmoniques, enveloppant et capiteux. Placée sous la tutelle de Diane chasseresse, sa composition de beau-fils hautain et chaste, en tout point contraire aux menées de Phèdre, est au surplus fascinante. BaroquiadeS.com

Enguerrand de Hys campe un Hippolyte affirmé et émouvant dont le chant sait se montrer des plus convaincants avec de beaux aigus d’une souveraine noblesse. education-musicale.com

Enguerrand de Hys, Hippolyte délicat, dénude bien l’horreur de sa situation, et traduit l’atterrement d’un prince plus habitué à poursuivre les monstres des forêts que ceux qui se dissimulent dans les palais. cmsdt-spectacles.blogspot.fr
 

L'Ile du rêve de Reynaldo Hahn, Théâtre de l'Athénée, décembre 2016

"Ce jeune ténor confirme sa souveraine aisance dans le répertoire français".  Les Échos 

 

"Son émission calme et assurée est en même temps ardente, sa diction est claire avec un mordant qui ne rompt jamais la ligne." chanteur.net

 

"Enguerrand de Hys enfile la dégaine, les soupirs et les questionnements de Loti, l’amant qui sait qu’il devra quitter le paradis de son île, le corps et le cœur de la femme qu’il y a aimée. La voix est claire et nette tout comme sa diction impeccable, la production étant sans sur-titrages, l’atout est de prix." Webtheatre.fr

 

"Jeune ténor en pleine ascension, Enguerrand de Hys campe un Loti de belle tenue - avec une pointe de retenue qui convient bien à l'officier de marine qu'il incarne." Concertclassic.com

 

"Le ténor compose avec conviction un personnage mélancolique et tourmenté par le souvenir de son frère. Son timbre romantique, légèrement barytonant, s’affirme au fil de la soirée, notamment dans les aigus qu’il a resplendissants. Agile, il enchaîne les sauts de notes sans difficultés apparentes et laisse entendre un fin vibrato du plus bel effet. Son passage en voix de tête sur la phrase « Oh fleur de mon âme » est parfaitement exécuté et laisse une brillante impression." Olyrix

 

"Tenor prometteur au chant facile et élégant"  wanderersite.com

 

"Le ténor Enguerrand de Hys dans le rôle de Loti est particulièrement convaincant et montre une belle singularité." Froggydelight.com

 

"Si le timbre clair d’Enguerrand de Hys (Loti) ne séduit pas forcément d’emblée, son monologue d’adieu est bouleversant. La limpidité de sa diction et le raffinement de son phrasé témoignent en outre de son attention aux mots et de sa proximité avec ce répertoire qu’il sert avec une grande intelligence musicale." Resmusica

Armide de Gluck, Philharmonie de Paris, novembre 2016

La meilleure satisfaction vocale provient d’Enguerrand de Hys et surtout de Thomas Dolié, très impliqués dans tous les seconds rôles masculins. Resmusica.com

Excellents seconds rôles, notamment Enguerrand de Hys en Artémidore et Chevalier danois. ConcertoNet.com

 

Johannes-Passion , Périgeux, aout 2016

"Remarquée aussi la présence du ténor Enguerrand de Hys, styliste impeccable et émouvant dont la voix s’enrichit de beaux reflets cuivrés." Alain Cochard,  concertclassic.com

 

"Le ténor échoit enfin à Enguerrand de Hys. Ce Français se prévaut comme ses acolytes d'un parcours éloquent : la versatilité le guide, c'est une vertu. À écouter ce medium cuivré de toute beauté, il est certain que sa notoriété naissante va grandir très vite. Il régale particulièrement dans l'air de la flagellation Erwäge, wie sein blutgefärbter Rücken, aux deux violes d'amour. La page est redoutable : de coupe ABBA, elle pousse l'italianisme jusqu'à un paragone (comparaison). Elle exige souffle de forgeron, agilité de funambule, endurance de sportif – et question style, don de voyeur suscitant l'effroi devant les plaies du Christ. De Hys s'acquitte de tout cela avec un abattage de prédicateur, sans s'interdire la meurtrissure de la vocalise sur Regenbogen (arc-en-ciel). Magique !" Jacques Duffourg-Müller, baroquiades.com

Ba-ta-clan, Festival de Montpellier, juillet 2016

"Le ténor Enguerrand de Hys, campe un Ké-ki-ka-ko, désopilant de la première à la dernière note. Ce jeune ténor, révélation de l’ADAMI, se révèle être un acteur complet et; il nous ravit lors du Ba-ta-clan final par une allégorie de trompette très réussie. De même son interprétation ne démérite pas dans la richesse de son timbre qui est tour à tour cristallin et velouté, un bel équilibre." classiquenews.com

Armide, Potsdam, juin 2016

"Enguerrand de Hys, pourtant peu habitué à ce répertoire, confirme son immense talent : son timbre clair et sonore, d’une parfaite élocution, fait merveille." Jean-François Lattarico, classiquenews.com

"Enguerrand de Hys (...) maîtrise à la perfection un art de la diction - voyelles inaltérées par une émission haute et claire, consonnes percutantes - qu'on a longtemps cru oublié" Opéra Magazine

Les Mousquetaires au couvent, Marseille, mai 2016

"Enguerrand de Hys a le charme délicat des ténors mozartiens, une délicatesse de timbre qui fait de ce tout jeune homme une des voix les plus prometteuses de la scène lyrique française." lamarseille.fr


"Enguerrand de Hys, est un beau ténor, voix limpide et précise, belle technique, belle ligne de chant élégante et souple." destimed.fr

 

Johannes-Passion de Bach, Aedes et Les Surprises, mars 2016

Le très beau timbre du ténor Enguerrand de Hys illumine comme il se doit ce tableau dramatique. Christine Ducq, larevueduspectacle.fr

 

Autour de ce sombre drame, c’est un festival de bel canto sacré. Le timbre lumineux de Rachel Redmond (soprano), magnifique technicienne, les sonorités profondes et l’intense sobriété de Mélodie Ruvio (alto), l’émission claire et l’élégance d’Enguerrand de Hys (ténor) laissent le souvenir d’un concert mémorable. Jacques Bonnaure, lalettredumusicien.fr

 

Geneviève de Brabant, Montpellier, mars 2016

Philippe Ermelier et Enguerrand de Hys sont les pandores tous-terrains, duo ambigu et complémentaire très efficace où le second condense la maladresse mais conserve le sens de l’humanité. Maurice Salles, forumopera.com

 

Sans oublier  l'inénarrable couple à la Laruel et Hardy formé par les deux agents stupides incarnés par le solide Philippe Ermellier et l'excellent ténor Enguerrand de Hys. Christian Jarniat, Operette Magazine

 

Concert des Révélations classiques ADAMI, fevrier 2016

Enguerrand de Hys possède une articulation superlative du français et interprète avec aplomb l’air de Joseph de Méhul, « Vainement Pharaon » ; on lui décernera aussi la palme du meilleur acteur pour son duo de La Belle Hélène, chanté avec l’impressionnante mezzo Catherine Trottmann. Florent Bury, forumopera.com

 

« De son joli ténor léger – qui pourra, avec le temps, gagner en ampleur –, Enguerrand de Hys se révèle fi n styliste, tant dans un Pedrillo bravache à souhait (Mozart) que dans un noble Joseph (Méhul). Avant de rivaliser de charme et de drôlerie avec Catherine Trottmann, dans un duo survolté de La Belle Hélène. » Thierry Guyenne, Opera Magazine

 

La Chauve-souris, Opéra d'Avignon, décembre 2015

Le jeune (et déjà excellent) ténor français Enguerrand de Hys (superbe Arturo le mois dernier à Limoges) est un amant digne du théâtre de boulevard, ne se faisant pas prier pour jouer au ténor d'opéra, et si la voix manque encore de puissance, son timbre magnifique et ses qualités d'émission le font rapidement oublier. Emmanuel Andrieu, opera-online.com

 

Enguerrand de Hys frémit lumineusement aux sentiments d’Alfred. Gilles Charlassier, concertonet.com

 

Lucia di Lammermoor, Opéra de Reims, décembre 2015

On saluera tout particulièrement les ténors Enrico Casari et Enguerrand de Hys, tous deux excellents dans les rôles souvent sacrifiés de Normanno et d’Arturo Bucklaw. Pierre Degott, resmusica.com

 

Lucia di Lammermoor, Limoges, octobre 2015

On remarque la superbe prestation du sémillant ténor français Enguerrand de Hys, que l’on rêve déjà d’entendre dans le rôle d’Edgardo (qu’il ne manquera pas – c'est tout le mal qu'on lui souhaite – de chanter un jour...). De fait, il parvient à donner un saisissant relief au personnage sacrifié d'Arturo, grâce à son timbre clair et bien projeté. Emmanuel Andrieu, opera-online.com

 

Armida, Opéra de Reims, janvier 2015

Enguerrand de Hys, entrevu dans l’Otello de Rossini au TCE, est une véritable révélation au timbre suave et lumineux, à la musicalité de haut lignage, au jeu intelligent.  Jérôme Pesqué, odb-opera.com                    

 

Armida, Opéra de Massy, janvier 2015

"Le jeune ténor toulousain Enguerrand de Hys, Révélation Classique ADAMI 2014 entendu voilà un an alors qu’il était encore étudiant au CNSMDP dans Reigen de Philippe Boesmans, est un incandescent Ubaldo (compagnon d’armes de Rinaldo) à la voix franche, l’articulation parfaite et à la ligne de chant irréprochable."

Bruno Serrou, brunoserrou.blogspot.fr

 

Il Re pastore, Quartz de Brest, décembre 2014

"Enguerrand de Hys campe un Alexandre, drôle et à fleur d'humanité, un brin extraverti et qui s'accommode fort bien des facéties du chef insérant furtivement quelques mesures d'Il était une fois dans l'Ouest ou de Thaïs" Ouest-France

 

Concert Adami, Festival Pablo Casals, aout 2014

"Depuis un beau Don Giovanni mis en scène par Vincent Vittoz en 2012 à Bastia, où nous avions découvert le ténor en Don Ottavio , Enguerrand de Hys a mûri sa personnalité et gagné en assurance. Il reste d’abord fidèle à Mozart et à ce rôle avec un "Il mio tesoro" d’une expression aussi noble qu’intense, avant de changer totalement de registre. L’air de Griolet "Un tailleur amoureux" (La Fille du Tambour Major) dévoile une autre facette de sa personnalité. Drôlerie, piquant, tendresse : l’opérette et l’opéra-comique réservent à l’évidence de beaux emplois - et succès ! - à un artiste à la diction impeccable."  Alain Cochard, concertclassic.com

 

Le ténor Enguerrand de Hys a une voix élastique à un timbre très lumineux. Après avoir offert ces qualités  dans « Il mio tesoro » (air de Don Ottavio dans Don Giovanni de Mozart), il fait preuve d’une bonne diction pour « Un tailleur amoureux » (air de Griolet de La Fille du Tambour Major de Offenbach). On se réjouit par ailleurs qu’une Révélation de l’ADAMI ait choisi un air d’opérette aujourd’hui quelque peu oublié. Victoria Okada, resmusica.com

                                                                                                  Otello, Théâtre des Champs Elysées, avril 2014

"C’est toutefois dans le dernier acte [...] que cette mise en scène trouve son sommet, grâce à deux scènes bouleversantes. Tout d’abord, au cours du couplet du gondolier – interprété par le jeune et talentueux Enguerrand de Hys, Mitridate il y a quelques semaines au Conservatoire de Paris -, dont Bartoli/Desdemona écrit les paroles sur un mur (« Il n’y a pas de douleur plus grande que le souvenir des temps heureux »)..." iltenorinomomento.com

 

Mitridate, Cité de la Musique/CNSMDP,  26 février 2014

"A 27 ans, le ténor Enguerrand de Hys montre un métier très supérieur à ses partenaires : maîtrise de l'italien, allure en scène, autorité dans l'émission, longueur de souffle, capacité à négocier les plus redoutables écueils d'une écriture meutrière." Thierry Guyenne, Opera Magazine

 

".... Enguerrand de Hys, qu’on a déjà pu entendre dans Les Noces de Figaro et Don Giovanni à Bastia et qui campait l’an dernier sur cette même scène un Jeune Homme ridicule à souhait dans Reigen. On le retrouve métamorphosé en père noble, et son premier air laisse un peu dubitatif : s’il a bel et bien les aigus des lignes en dents de scie conçues pour Mozart pour Guglielmo d'Ettore, la voix semble en revanche manquer de projection et peiner à se faire entendre. Pourtant, cette impression se dissipe assez vite, et force est de saluer cette belle performance."  Laurent Bury, forumopera.com

 

Le Nozze di Figaro, Théâtre de Bastia, septembre 2013

"Enguerrand de Hys incarne un Basilio plein d'onction, musicalement impeccable." Tania Bracq, forumopera.com

 

Reigen, Cité de le Musique/CNSMDP, fevrier 2013

"Porté par le rôle « payant » du Jeune Homme, Enguerrand de Hys, vu en Don Ottavio à Bastia en septembre dernier, remporte un vif succès." Laurent Bury, forumopera.com

 

Don Giovanni, Théâtre de Bastia, septembre 2012

"Parmi les plus jeunes, on signale Enguerrand de Hys, avec son Don Ottavio très sensible". Charlotte Loriot, resmuscia.com

 

"un Don Ottavio élégant et subtil".  Eric Pousaz, Opera Magazine

 

"Côté nouvelles voix, il faut mentionner le Don Ottavio, certes encore un peu timide mais extrêmement touchant et musicien d’Enguerrand de Hys." Alain Cochard, concertclassic.com